• Problèmes, Organisation et Gestion des données

    B.O. H.S. n°3 du 19 juin 2008 : Programmes officiels

    CP, CE1 :

    L’élève utilise progressivement des représentations usuelles : tableaux, graphiques.

    CE2, CM1, CM2 :

    Les capacités d’organisation et de gestion des données se développent par la résolution de problèmes de la vie courante ou tirés d’autres enseignements. Il s’agit d’apprendre progressivement à trier des données, à les classer, à lire ou à produire des tableaux, des graphiques et à les analyser.
    La proportionnalité est abordée à partir des situations faisant intervenir les notions de pourcentage, d’échelle, de conversion, d’agrandissement ou de réduction de figures. Pour cela, plusieurs procédures (en particulier celle dite de la “règle de trois”) sont utilisées.

    B.O. n°25 du 19 juin 2014 : Recommandations de mise en oeuvre

    CP, CE1 :

    Il est important, dans ce domaine, de mettre en relation l'utilisation des tableaux ou des graphiques avec des problèmes de la vie courante. Les situations dans lesquelles le tableau ou le graphique constitue une plus-value pour comprendre la situation sont privilégiées.

    CE2, CM1, CM2 :

    En CM1, l'usage des propriétés de linéarité est privilégié, que les données soient présentées en tableau ou pas. Dans ce dernier cas, les élèves ont à construire eux-mêmes le tableau ou bien à utiliser les propriétés de linéarité directement :

    - propriété additive de la linéarité : par exemple, « le prix de 5 baguettes de pain correspond à la somme du prix de 2 baguettes et du prix de 3 baguettes » ;

    - propriété multiplicative de la linéarité : par exemple, « le prix de 6 baguettes de pain correspond au double du prix de 3 baguettes ».

    En CM2, des situations faisant appel aux notions de pourcentages, d'échelles et de vitesses moyennes peuvent être rencontrées ; toutefois, l'étude explicite de ces notions est faite au collège.

     

    Au début nous utilisions les problèmes de fichier ou nous rédigions nos propres problèmes, mais finalement, Lapinou et moi avons trouvé un manuel qui nous satisfait car très varié, et abordant même les problèmes de la vie quotidienne avec les mesures, et des problèmes de géométrie.

    Pour les parents, il est économique car valable pour le CE1 et le CE2, et en classe, il permet à chacun de trouver un exercice de son niveau :

    C.L.R. 900 exercices et problèmes CE

    Et astuce pour ceux qui veulent le travailler pendant les vacances , on peut même acheter le livre de corrigés !

  • Toujours en train de préparer mes mallettes pour la semaine des mathématiques, et voici mon travail de ce jour : des énigmes "piège" à résoudre de tête, dont le piège peut être facilement levé avec un livre en main.

    En fait quelqu'un m'a donné il y a peu des livres qu'il ne lisait pas (et j'ai compris pourquoi arf), alors plutôt que d'en faire des hérissons porte-courrier très à la mode, j'ai décidé de coller dessus les énoncés des énigmes et de les placer dans les mallettes de mathématiques, avec les Tours de Hanoï et les bâtonnets.

    Voici les 4 énoncés choisis, j'ai fait varier les nombres en fonction du niveau de classe, élémentaire ou collège :

    • Je veux mettre mon marque-page entre la page 251 et la page 252 mais je n’y arrive pas, pourquoi ?
    • Aujourd’hui j’ai lu de la page 190 à la page 255. Combien de pages ai-je lues ?
    • Dans les numéros de pages de ce livre, combien de fois le chiffre « 8 » apparait-il au total ?
    • Si 1 élève met 1 jour pour lire 1 livre, combien de temps faut-il aux 25 élèves de la classe pour lire un total de 25 livres ?

     C'est simple pour des collégiens, mais le but est d'intéresser et motiver, il faut donc que les premières énigmes soient accessibles...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Pour s'entraîner à la lecture de tableaux, j'ai pensé aux tarifs postaux, mais depuis 3 ans, mes élèves fabriquent eux-mêmes leur tableau ; ils sont allés dans chaque classe de l'école demander les informations suivantes :

    • nombre de garçons
    • nombre de filles
    • nombre d'élèves mangeant à la cantine
    • nombre d'élèves prenant le bus

    Ces informations collectées, je leur ai demandé de me les dicter pour les organiser. Bien sûr, ils m'ont dit de tout noter à la suite, ce qui a donné une suite de mots et de nombres incompréhensible... 

    Je les ai donc guidés vers une organisation plus rationnelle, en les amenant à se rendre compte qu'en alignant toutes les informations identiques, la lecture se ferait toute seule.

    Nous avons donc construit et complété ensemble un grand tableau à double entrée (il y a 16 classes dans l'école), puis je leur posais des questions orales pour les entraîner à lire les données :

    Tableaux et graphiques

    Dans la classe de X, combien y a-t-il d'élèves : garçons ? filles ? au total ? qui mangent à la cantine ? qui NE mangent PAS à la cantine ? qui prennent le bus ? qui NE prennent PAS le bus ?

    Dans quelles classes y a-t-il le même nombre de garçons ? de filles ?

    Dans quelle classe y a-t-il le plus d'élèves ? le moins d'élèves ? plus de filles que de garçons ? de garçons que de filles ? exactement 13 filles ?

    Et même une question piège : Combien d'élèves ont 8 ans ?

    Le but étant bien sûr d'habituer les élèves à réfléchir aussi en déduisant des informations qui ne sont pas écrites dans le tableau.

    Lorsque j'ai eu fini de travailler sur la lecture de tableau, j'ai édité le graphique correspondant à ces données, et nous l'avons lu en faisant le lien avec les données déjà étudiées.

    Je trouve que ça marche pas mal, et l'avantage est qu'on aborde la nécessité d'organiser les données, en espérant qu'au tableau suivant, ce ne sera plus à démontrer !

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique