• "Le Petit Prince cannibale" et "L'empereur c'est moi"

    Je vous présente aujourd'hui deux livres qui vont ensemble, puisqu'il s'agit des récits d'un jeune homme autiste Asperger qui raconte ses souvenirs d'enfance, et de sa mère écrivain qui raconte la même période.

    C'est bluffant, émouvant, je pense que ces deux histoires liées compteront vraiment dans mes souvenirs de lectures.

    Il fallait choisir par lequel des deux commencer, j'ai choisi le récit de la maman, car je voulais commencer par le regard extérieur en premier.

    Le petitprince cannibale

    Ce livre est assez déroutant au début, car cette femme écrivain commence par un monologue à la première personne et évoque les sentiments qu'elle a éprouvés tout au long de sa vie, et ce qui la fait ou l'a fait souffrir. Puis peu à peu, elle évoque son autre "moi", la mère d'enfant autiste qui tente de construire une relation durable avec son fils.

    Elle décrit d'abord le quotidien avec son fils Hugo, ses difficultés à faire face au monde extérieur (passants, école, médecins) qui pense qu'elle n'agit pas comme il le faut avec son fils. Mais elle connait son fils, elle sait ce qui peut désamorcer des situations difficiles, et même si cela lui vaut la désapprobation extérieure, elle tient bon.

    Elle évoque ensuite ses difficultés à mener une vie professionnelle, car le comportement de son fils l'oblige à une constante attention, et parfois l'inspiration lui vient quand elle ne peut pas écrire ; au contraire, quand elle a le temps d'écrire, elle n'arrive plus à trouver les mots justes. D'où le titre du livre, qui prend tout son sens...

    Elle commence donc à mélanger son récit quotidien avec celui du personnage qui la hante, la cantatrice Blanche. Les chapitres s'enchainent donc, alternant vie réelle avec Hugo et fiction avec Blanche.

    C'est vraiment particulier, j'ai eu un peu de mal à entrer dans le récit à cause du monologue et de l'intrusion de Blanche, mais ce que l'auteur vit avec son fils est tellement fort que j'en garde vraiment un souvenir ému. Ce roman a reçu le Goncourt des lycéens en 1990.

    Je me suis ensuite lancée dans la lecture du récit d'Hugo Horiot, le jeune garçon autiste Asperger devenu adulte.

    L'empereur c'est moiCe qui est frappant dès les premières pages, c'est la résonnance avec le récit de sa mère. Dès le début, on replonge dans les situations décrites dans "Le Petit Prince cannibale" et Hugo devenu adulte explique que c'est volontairement qu'il restait dans son monde, et que ses actions ou inactions relevaient toutes d'une logique qui lui était propre.

    Cette logique était bien sûr inaccessible à sa maman et aux autres personnes, mais lorsqu'il l'explique, tout devient subitement très clair, on le comprend et on se dit que si la maman avait eu ces "clés" sur le moment, tout aurait été différent...

    L'empereur c'est moi 2

    Deux ouvrages forts, qui m'ont vraiment marquée, que je recommande tout simplement pour mieux connaitre une "maladie" dont on parle de plus en plus, mais encore trop méconnue.

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :