• Il y avait le Carnaval, Serge Patient

    Cette poésie est vraiment typiquement locale de la Guyane, elle parle d'un aspect culturel vraiment prégnant ici : le Carnaval.

    J'ai trouvé ce poème accessible pour mes élèves, surtout que tous connaissent les traditions carnavalesques. Cela nous a également permis d'aborder la poésie moderne (peu ou pas de rimes, vers de longueurs différentes) et un poète guyanais actuel.

    Il y avait le Carnaval

    Pour bien comprendre le poème, il faut connaitre quelques éléments du Carnaval Guyanais :

    Jé farin : personnage traditionnel entièrement vêtu de blanc, rappelant le boulanger : blouse, pantalon, tablier, coiffe pointue décorée d'étoiles et de lunes colorées, gants, masque. Dans la poche du tablier il y a de la farine, que le Jé farin lance sur la foule pour symboliser la joie de vivre (ce n'est pas celui de l'illustration).

    Mercredi des Cendres : c'est le jour du défilé des diablesses, habillées en noir et blanc pour porter le deuil du roi Vaval, incinéré le soir du Mardi-Gras. Le défilé de ce jour-là est très bruyant, et c'est le dernier avant le début du Carême, donc traditionnellement tous sont dans la rue.

    Vidé : procession de rue se déroulant en général dès 5 heures du matin, qui consiste à suivre en dansant et chantant l'orchestre de Carnaval monté sur le camion (à Kourou il se nomme le Monstre) jusqu'au lever du jour. Parfois le vidé a lieu le soir, à la suite du défilé du Carnaval. Le mot vient de "vider" la salle de bal après la fête.

     

    Pour plus de précisions : Lexique du Carnaval Guyanais

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :