• Et une année de plus ! Doucement mais surement, notre blog continue son petit bonhomme de chemin. Parfois nous avons des visiteurs de passage, parfois nos visiteurs sont très curieux, mais que nous soyons assidues dans l'écriture ou pas, nous avons toujours des visites régulières, et ça nous fait vraiment plaisir.

    Et pour vous souhaiter une

    Bonne année 2016

    voici la photo d'une des plus belles baies au monde, celles de Terre-de-Haut aux Saintes, iles dépendant de la Guadeloupe :

    Baie des Saintes

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • J'y vais moi aussi de ma "banque" de formes à reproduire. Voilà ce que j'ai utilisé en début d'année avec mes CM2 pour les entrainer à reproduire des figures géométriques sur quadrillage, avant de passer au papier pointé et au papier blanc...

    Grâce à word qui contient des formes prédéfinies, il m'a suffi de tracer un tableau avec des cases de 1 cm x 1 cm, puis de placer dessus des formes géométriques variées. J'ai bien aligné le tout, puis numéroté chacune et imprimé. J'ai ensuite découpé et plastifié les formes individuellement.

    Lorsque nous faisons des exercices de reproduction de figure, chacun a une forme différente (exit la copie sur le voisin !), et en plus la différenciation est automatique, car c'est moi qui distribue wink2 en fonction des précédentes performances de l'élève.

    J'ai inclus dans mon modèle un quadrillage vierge pour faire reproduire aux élèves à l'échelle 1:1

    MAT-GEO-ex-formes géométriques quadrillage

    Pour la correction, j'ai fait un tableau contenant le n° et chaque figure, le nombre de côtés, son nom, son périmètre et son aire. Je garde le tableau dans mon classeur de cahier journal pour pouvoir corriger en un clin d'oeil quand les élèves viennent me montrer leur tracé. Pour vérifier les figures des élèves, ou plutôt pour que les élèves corrigent seuls leurs figures, j'ai effacé le quadrillage ; il suffit d'imprimer la feuille de corrigé sur papier calque, et en le plaquant sur sa figure, l'élève valide immédiatement sa reproduction.

    MAT-GEO-ex-formes géométriques quadrillage corrigé

     

    Mon seul souci dans la mise en oeuvre, c'est que dans le cahier du jour les carreaux n'ont pas la même taille, donc je suis en train de réfléchir à une adaptation du doc pour changer la taille des carreaux, quand j'aurai un peu de temps. En attendant, je précise à mes élèves que la mesure du périmètre et de l'aire doivent se faire sur le modèle !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Je n'ai pas l'habitude de publier des tapuscrits sur le site, mais aujourd'hui je fais une exception car il s'agit d'un texte qui ne peut pas être étudié seul, il est un complément à la BD.

    Donner ce texte à mes élèves m'a évité de confier les précieuses BD de l'école aux élèves d'autant plus que je n'en avais pas assez pour tous. Ils ont ainsi pu s'entrainer à la maison à la lecture expressive, et retrouver avec plaisir cette histoire qu'ils ont dévorée.

    Afin de faciliter la lecture, j'ai numéroté les lignes et même inscrit les numéros de pages pour faciliter le repérage. En bas de page, les dictées reprennent celles du texte simplifié, mais avec une phrase supplémentaire un peu plus complexe. Il n'y a pas de questions de compréhension car j'ai utilisé le livret d'exercices de Ribambelle, très bien fait et très complet.

    Popotka intégral docx : FRA-LEC-Popotka intégral dictée.docx

    Popotka intégral pdf : FRA-LEC-Popotka intégral dictée.pdf

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Et voici le complément une adaptation personnelle du texte de "Popotka - Mahto", aux éditions Ribambelle.

    Je vous ai déjà parlé de mon adaptation imagée des textes, afin d'aider mes élèves lecteurs déchiffreurs. Pour que tous aient le plaisir de pouvoir lire une bande dessinée, même si leur niveau ne le leur permettait pas, j'ai donc à nouveau adapté et simplifié le texte de la BD "Popotka".

    Comme d'habitude, j'ai scanné tous les personnages de l'histoire à partir de l'album et du cahier d'exercices pour en faire un lexique de référence comme ci-dessous :

    Popotka

    Cette fois-ci, comme nous étions plus avancés dans l'année, je n'ai pas remplacé les mots par les images, comme je l'avais fait dans "Kolos et les quatre voleurs", je me suis contentée de bien simplifier les phrases. J'ai ajouté quelques questions de compréhension simple ; avant d'écrire la réponse, les élèves devaient souligner les mots correspondants dans le texte. Enfin, une petite suggestion de dictée en bas de page, en cursive pour les lecteurs-déchiffreurs, et en script pour les lecteurs débutants.

    Popotka-texte

    Bien sûr, ce texte était travaillé en lecture par petits groupes, en classe entière tout le monde avait la BD de Ribambelle, et ainsi même les moins bons lecteurs avaient l'occasion de lire à haute voix avec leurs camarades, et de bien comprendre le déroulement du récit à l'aide des images.

    J'ai même fait des enregistrements au dictaphone, pour qu'ils puissent juger par eux-même de l'expressivité de leur lecture. Ils adoraient !

    texte Popotka simplifié en docx : FRA-LEC-Popotka simplifié questions dictée.docx

    texte Popotka simplifié en pdf : FRA-LEC-Popotka simplifié questions dictée.pdf

    J'ai vraiment aimé travailler avec mes élèves sur ce texte de Popotka, ils étaient vraiment hyper-motivés, même si pour moi, après plusieurs années j'ai commencé à m'en lasser un peu arf. Mais bon, je retrouverai ce texte avec plaisir lorsque je ferai à nouveau du CE1 !

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • C'est fou ce que le nouveau matériel nous oblige à travailler et à remettre en forme!!

    TBI oblige je retape et remet en forme mes leçons d'histoire.

    J'avais découvert une petite méthode facile sur Lutin Bazar je m'ne suis inspirée et je garde maintenant ma façon de faire assez simple car j'ai aussi des ce1 et je ne pense pas que l'important soit d'en apprendre des tonnes mais avec  ma collègue de CM nous nous sommes répartis des grands évènements pour chaque période.

    Pour ma part je pars toujours du plus proche de l'enfant vers le plus ancien, je finis donc l'année par la préhistoire, je trouve ça plus logique.

     

    voici donc mes leçons sur les temps modernes elles viendront au fur et à mesure de mon travail, n'oubliez pas que je travaille toujours sur 2 ans donc je reviens sur cette période au moins 5 ou 6 fois avec à chaque fois des notions différentes.

     

    j'ai oublié dans le 1er document il faut rajouter la frise historique que l'on colorie à chaque début de leçon pour bien se repérer dans le temps

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Je crois que le site naturel auquel on pense en premier quand on parle de l'Arizona, c'est Monument Valley. Effectivement, ces blocs de roche rouge sortis d'une plaine brulante ont de quoi laisser rêveurs. Mais personnellement, l'Arizona m'a laissé deux souvenirs impérissables, moins connus ou en tous cas éclipsés par Monument Valley : Horseshoe bend et Antelope Canyon.

    Pour visiter ces deux merveilles, distantes de seulement quelques kilomètres, il faut se rendre à Page, petite ville créée de toutes pièces en 1957 pour loger les ouvriers construisant le barrage de Glen Canyon.

    Page

    Avant d'arriver dans la ville, le long de la route qui serpente pendant une bonne centaine de miles au milieu de rien, pardon, je voulais dire "du désert"... il y a un grand parking poussiéreux, avec une pancarte mentionnant "Upper Antelope Canyon" d'un côté de la route, et "Lower Antelope Canyon" de l'autre côté. En s'arrêtant pour prendre des renseignements auprès des Navajos qui gèrent les visites, je doute un peu de voir quelque chose de si exceptionnel, alors qu'à perte de vue il n'y a que du sable et des roches rouge-orangé.

    Mais bon, je fais confiance à mon mari qui m'a promis quelque chose de fabuleux, et je réserve pour le lendemain matin une visite de canyon à pied.

    En arrivant, nous marchons quelques dizaines de mètres dans le sable, puis "plongée" dans le canyon, avec une suite d'escaliers très raides, dont nous ne voyons pas la fin :

    antelope1

    Et quelques dizaines de mètres plus bas, l'émerveillement commence, nous avançons dans un canyon très étroit, suffisant parfois à peine à notre passage, où la lumière du soleil donne un aspect féérique...

    Antelope2   Antelope6

    antelope3     antelope4

    antelope4

    Après 45 minutes d'émerveillement sans fin, remontée à la surface :

    antelope7

    Et là, on comprend mieux pourquoi ces canyons n'ont été découverts que dans les années 30, totalement par hasard, par une jeune bergère Navajo qui avait perdu une brebis.

    Franchement, cela a été ma plus belle visite de l'été 2014, inoubliable et féérique...

    Pendant la visite, nous avons appris que ces canyons entièrement naturels ont été creusés par des torrents d'eau à travers les âges, d'où cet aspect arrondi et lisse des parois. Et bien sûr, comme depuis des temps immémoriaux, ces canyons laissent toujours passer des torrents d'eau lors des pluies dans la région. Voilà pourquoi les Navajos disposent de relevés météo très précis à plusieurs kilomètres à la ronde, et que les visites peuvent être annulées sans préavis en cas d'orage.

    Lorsque j'ai demandé à notre guide s'il passait beaucoup d'eau dans le canyon lorsqu'il pleuvait, il m'a répondu avec un petit sourire en coin : "Oui, le niveau d'eau arrive à la surface". Quand on sait qu'on était à plusieurs mètres sous terre...

    Chaque année malheureusement il y a des morts par imprudence, heureusement que je n'ai su ça qu'en sortant, je n'aurais pas été très rassurée autrement.

     

    En repartant de "Lower Antelope Canyon" on arrive dans la ville de Page et en vue de son immense barrage, le "Glen Canyon Dam" qui à l'époque de sa construction état le 4ème plus grand barrage des Etats-Unis. En amont de ce barrage se trouve le lac Powell et en aval le fleuve Colorado.

    Glen Canyon Dam

    Sur une des rives du Colorado, se trouve le "Carl Hayden Visitor Center", qui permet d'obtenir des renseignements sur les visites à réaliser dans les environs, ainsi que de visiter les installations du barrage. C'est ce que nous avons fait, mais malheureusement je n'ai pas de photos à mettre, car les prises de vue sont bien entendu interdites dans un lieu si stratégique...

    C'était quand même très impressionnant de descendre dans la structure du barrage et de savoir qu'on se retrouve un peu au-dessus du niveau du Colorado, avec de chaque côté une épaisseur de béton de plusieurs dizaines de mètres !

    Bref, une visite très intéressante, juste avant de continuer notre route vers la deuxième merveille de Page : Horseshoe bend.

     

    Un parking poussiéreux (lui aussi) et pas si grand que ça attire d'abord l'attention, car le va et vient des voitures, camping-cars et bus y est intense. On se gare, puis on suit une ligne de visiteurs qui grimpe une colline de sable ; arrivés en haut, le chemin continue en pente descendante. Bien plus loin, on voit des gens au bord d'un point de vue, mais jusqu'au bout, nous ne verrons aucun panneau nous prévenant de ce qu'il y a à voir, ni des dangers pour les visiteurs, surtout pour les enfants.

    Bref, après une bonne vingtaine de minutes, nous arrivons face à un canyon en forme de fer à cheval (d'où son nom) et sans aucun système de sécurité. Je suis donc restée bien prudemment à distance, sans lâcher n°2 qui ne comprenait pas pourquoi je lui broyais presque la main à force de le tenir.

    Mais bon, comme une bonne photo vaut mieux que de longues phrases...

    Horseshoe bend1

    Ci-dessus une vue à l'été 2014 en milieu de journée, et ci-dessous à l'été 2015 en fin de journée, avec le soleil en face.

    Horseshoe bend2

    A cet endroit du canyon, le Colorado se trouve à 320 mètres en-dessous du lieu d'observation. C'est une vue fabuleuse, tellement exceptionnelle que j'ai eu du mal à me rendre compte de cette immensité. Ce point de vue est vraiment magnifique, je pense que le web regorge de photos bien plus jolies que celles-là, prises par mon mari à plat ventre sur un bout de roche friable (eh oui, ces roches rouge-orangé sont en fait du sable compressé, comme dans Antelope Canyon), mais au moins, elles sont d'origine yes !

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • USA

    Voici une "décoration", accrochée au fond du couloir, qui nous fait voyager à travers tous les états traversés lors de nos 4 voyages aux Etats-Unis depuis 5 ans (oui, on aime beaucoup...).

    Les deux premières fois, aux printemps 2010 et 2012 nous avons visité la côte Est, Miami, les Everglades et New-York, car c'était plus proche de nous et puis plus familier...

    Les deux fois suivantes, les étés 2014 et 2015 nous nous sommes enhardis et avons visité la côte Ouest, de Phoenix à Seattle (et même une escapade au Canada) en passant par Los Angeles, Las Vegas, San Francisco, Sacramento, et bien d'autres villes moins connues.

    Il nous reste de ces voyages de merveilleux souvenirs, des paysages époustouflants, et encore tellement d'envies à découvrir... 

    plaques

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Oui, aujourd'hui je suis d'humeur vindicative, et pour une fois, je souhaiterais mettre en lumière une personne que l'on honore trop peu en temps normal : la Mère Noël.

    Effectivement, depuis des décennies, de nombreuses chansons célèbrent son mari, d'innombrables albums racontent la vie surmenée de ce petit homme sympathique qu'est le Père Noël.

    La Mère Noël est trop souvent reléguée au rôle de préparatrice de chocolat chaud, attendant son mari rentrant de sa tournée mondiale. Mais en réalité, la Mère Noël a un rôle bien plus important que cela ! Elle se creuse la tête pour savoir quel jouet plaira à tel enfant, elle épluche fébrilement les magazines de jouets, elle hante les couloirs des magasins (non, le Père Noël et les lutins ne fabriquent pas tout eux-mêmes !), elle scrute les publicités à la télé et les réactions des enfants, pour voir quel est le jouet star du moment, et elle va même, fourbement, jusqu'à suggérer tel jouet ou détourner un choix déjà fait, car non, un petit garçon de 6 ans ne peut quand même pas avoir pour Noël ET une voiture à pédales grand format ET une nouvelle console de jeux ET un pistolet laser faisant léviter je ne sais quoi ET une voiture télécommandée ET toute une sélection de jeux de société...

    Bref, tel est le dur labeur de la Mère Noël, et aujourd'hui, je veux rendre hommage à toutes les Mères Noël du monde, et leur dire qu'elles ne sont pas seules wink2 !

    Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de Noël, et pour conclure :

    VIVE LA MERE NOËL, VIVE NOËL, et puis quand même, VIVE LE PERE NOËL !

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires