• Les gombos, appelés calous en Guyane, sont les fruits d'Abelmoschus esculentus, ou Hibiscus esculentus. On peut les manger marinés comme condiments, ou cuits à la vapeur en vinaigrette, ou encore dans des ragouts de viande. En tous cas, ce sont les seules recettes que je connaisse.

    gombos

    Habituellement je les cuis à la vapeur (5 minutes à l'autocuiseur) puis je les mange en vinaigrette. Je les aime bien comme ça, mais pas en trop grande quantité, car en cuisant ils deviennent gluants et c'est un peu écoeurant...

    Pour changer, j'ai essayé il y a quelques semaines la version condiments "pickles". J'en avais mangé étant enfant, et j'ai trouvé une recette de marinade qui m'a bien plu. Je ne disposais pas de toutes les graines aromatiques mentionnées dans la recette, mais le résultat était très satisfaisant, donc je vous livre la recette que j'ai réalisée.

    Ingrédients :

    • des gombos de taille moyenne coupés en rondelles d'1 cm
    • 2 tasses de vinaigre blanc
    • 1 tasse d'eau
    • 8 gousses d'ail coupées en morceaux
    • 1 cuiller à café de graines de coriandre
    • 3 cuillers à soupe de sel à marinade (gros sel)
    • 1 cuiller à soupe de sucre

    en option : graines de moutarde, brins d'aneth, piments,...

    Attention, le sel fin de table contient des additifs qui peuvent faire virer la couleur des légumes, voilà pourquoi il vaut mieux utiliser du gros sel, ou en tous cas vérifier sur l'emballage l'absence d'additifs.

    Préparation :

    Dans un bocal de conserve stérilisé, placer les rondelles de gombos, et parsemer dessus les gousses d'ail en morceaux.

     

    pickles gombos 1

    Dans une casserole, verser le vinaigre, l'eau, le sucre, le sel, les graines de coriandre et chauffer. Arrêter dès que le sel et le sucre sont entièrement dissous. Verser chaud sur les gombos, mais pas bouillant, et fermer hermétiquement.

    pickles gombos 2

    Je crois me souvenir que par peur des vilaines bactéries aérobies, j'ai stérilisé ensuite mes bocaux, mais en fait ça n'a pas servi à grand-chose, car j'ai mangé mes deux pots de pickles de gombos en 2 semaines he !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les nombres et les opérations  : Compréhension, mémorisation et automatisation

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Je n'avais pas l'intention d'écrire quelque chose de particulier pour la "Journée Internationale des femmes", car cela me donne l'impression que les 364 autres jours de l'année sont les "Journées Internationales des hommes".

    Enfin, en y réfléchissant, je me suis dit que je n'allais pas cracher dessus, et que je pouvais quand même y contribuer en partageant avec vous des paroles de Mannick, chanteuse féministe et chrétienne qui a bercé ma plus tendre enfance dans les années 70 (euh, non dans les années 90, car j'ai éternellement 25 ans ^^).

    Je trouve que ses chansons ont une grande force, elle parle de la difficulté d'être une petite fille ou une femme libres, de l'amour, de la douleur de perdre une grossesse,... Les musiques et les paroles sont mélancoliques, mais elles m'ont toujours touchée, bien que je ne m'identifie pas forcément à ses combats, n'étant pas née à la même époque.

     

    Une chanson qui m'a toujours interpelée, car je n'ai jamais aimé jouer à la poupée (je préférais lire), et j'ai toujours été une petite fille très sage...

    Quand j'étais petite fille

    Quand j'étais petite fille, je voulais
    Des étoiles et des chemins comme jouets
    Des orages sur mes étés, des tempêtes sur mes sentiers
    Un grand ciel sauvage et blanc, des soleils et des torrents
    On m'a donné une poupée, on m'a dit "Surtout maintenant
    Ne joue plus les garçons manqués, reste auprès de ta maman"

    {Refrain:}
    C'était dur d'être une fille, en ce temps-là ma chérie
    Il fallait être gentille, "Ne parle, pas sois jolie !"
    Oui mais le monde a changé, il ne faut plus écouter
    Ceux qui t'empêchent de vivre et d'aimer

     

    Une autre chanson qui parle d'une femme libre :

    J'ai la chance d'être femme

    On ne m'a souvent nourrie que du langage des fleurs
    Et des sentiments jaunis au petit courrier du cœur
    On ne m'a donné aussi,
    Pour me battre dans la vie,
    Qu'une idée, qu'un passe-temps,
    Me trouver un bon mari
    Et lui faire des enfants.
     
     {Refrain:}
    Mais un matin de grand soleil
    J'ai pris la route des torrents
    J'ai bu l'eau forte du réveil
     Loin des prisons de trop longtemps.
    Car j'ai la chance d'être femme
    Et je sais le chemin de l'amour

     

    Une chanson qui parle de la perte d'une grossesse, douleur dont on parle peu en général, et qui touche pourtant de nombreuses femmes :

    Je t'ai guetté mon corps

    je t'ai guetté mon corps
    et tu as fait semblant
    de retenir le sang
    de mon île au trésor
    je t'ai guetté mon corps
    et sur le bout des doigts
    j'ai compté les neuf mois
    qui mènent jusqu'au port
     
    [...] 
    je t'ai pleuré mon corps
    et le fruit s'est perdu
    quand mon ventre s'est tu
    dans sa petite mort
    je t'ai pleuré mon corps
    mais je retournerai
    dans le jardin secret
    de mon île au trésor

     

    Et ma préférée entre toutes, qui laisse en suspens la raison pour laquelle celle qui parle est condamnée à mort...

    Goute-moi ce soleil

    C'est déjà pour demain, et la nuit va venir
    Goute moi ce soleil, goute moi ce soleil
    Ils ont mis des barreaux, sur les yeux de mon ciel
    Pour laisser les bourreaux, massacrer mon soleil
    C'est déjà pour demain, je ne sais plus mentir
    Goute moi ce soleil, goute moi ce soleil

    Il est quatre heures au moins et la nuit va finir
    Donnez-moi du soleil, donnez-moi du soleil
    Ils ont voté la mort, pour que vive une loi
    Abrités du remords, par des signes de croix
    Il est quatre heures au moins je ne veux pas mourir
    Donnez-moi du soleil, donnez-moi du soleil

    C'est déjà le matin, on est cinq à partir
    Au revoir mon soleil, au revoir mon soleil
    Ils ont mis le bandeau sur mes yeux de vingt ans
    Et mes bras au poteau, pour me tirer dedans
    C'est déjà le matin, j'ai deux sous d'avenir
    Au revoir mon soleil, au revoir mon soleil

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Pendant les vacances de la Toussaint, je suis allée chercher les agendas coopératifs au bureau de l'OCCE de Cayenne, annexe de celle de Saint Laurent, mais plus proche de chez moi. Et puis, ce n'est pas tous les jours que j'ai l'occasion de me rendre à la "capitale" !

    Depuis début novembre, je mets donc en place les activités dans ma classe, mais petit à petit, car cela nécessite quand même un apprentissage pour moi et un peu plus de temps que prévu pour les premières fois. Cependant, comme les activités reviennent à l'identique (ou presque) à chaque période, je me sens maintenant bien plus à l'aise dans l'organisation.

    J'avoue quand même que pour l'instant je n'ai pas mis en place les activités hebdomadaires (jeux coop, activité de la semaine, bilan), je pense que l'année prochaine je serai vraiment au point et je pourrai vraiment tout mettre en place.

    Et puis le Guide pédagogique et son CD contiennent vraiment TOUT ce qu'il faut, les explications, les supports à photocopier... Bref, il y a juste besoin d'un temps de lecture quotidien, comme dans n'importe quelle autre matière !

    Pour en expliquer le principe de fonctionnement, voici un extrait de l'agenda tel qu'il se présente, avec une semaine sur deux pages :

    Page de gauche :

    • L'élève commence par noter la date de la semaine.
    • En haut à gauche, un pictogramme indique le "jeu coop" de la semaine, dont le détail est donné dans le CD du guide. Ce sont de petites activités rapides visant à développer des stratégies coopératives, en faisant appel aux intelligences multiples des élèves.
    • En-dessous, l'espace pour noter la date et les devoirs, avec à chaque fois des activités spécifiques représentées par les pictogrammes et le grand rectangle, puis la question du jour :
      • lundi : accueil et expression de soi
      • mardi : je m'intéresse aux autres
      • mercredi/samedi : réflexion, moments philo

    agenda coop C2 gauche

    Page de droite :

    • En haut à droite, figure le numéro de la semaine dans l'année (de 1 à 42).
    • Juste à gauche, un pictogramme indique l'activité de la semaine, dont le détail est donné dans le CD du guide. Ce sont de petites activités collectives visant à mieux se connaitre et mieux connaitre ses camarades en s'exprimant sur ce qu'on aime ou pas, ce que l'on ressent dans certaines situations, etc...
    • En-dessous, l'espace pour noter la date et les devoirs, avec toujours des activités spécifiques représentées par les pictogrammes et le grand rectangle, puis la question du jour :
      • jeudi : estime de soi et des autres
      • vendredi : j'agis avec les autres
    • Tout en bas à gauche, un espace libre pour écrire, dessiner...
    • Tout en bas à droite, le pictogramme Bilan, qui permet à l'élève d'évaluer ses réussites personnelles et d'en faire part au reste de la classe.

    agenda coop C2 droit

    Je trouve que c'est un outil vraiment formidable, qui permet aux élèves de voir autrement la vie en classe, de comprendre ce que signifie "vivre en société".

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Et voici un beau système de 2 équations à 3 inconnues... donc il faut un peu (beaucoup) de réflexion pour le résoudre...

    Il est valable pour a=b=2, mais il existe de nombreuses autres solutions avec a et b différents et non entiers.

    équation-Sam Loyd

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Voici un problème géométrique : Il faut découper ce fer à cheval en 7 morceaux comportant chacun un trou, mais... en seulement deux coups de ciseaux !

    Heureusement, on peut empiler les morceaux après la 1ère coupe, cependant les coupes doivent être rectilignes, et on ne peut bien sûr pas plier les morceaux du fer à cheval...

    le fer à cheval - Sam Loyd

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Il s'agit d'un documentaire de Jean-Yves Collet réalisé en 2006, et diffusé sur France 3. Le boitier contient 2 DVD de 52 minutes chacun, et raconte la vie du potager d'Annick et Philippe et leurs enfants en Bretagne. Cette famille a fait le choix de cultiver ses propres légumes "bio" dans son jardin. Pour éviter d'utiliser des pesticides chimiques, ils favorisent la présence de divers animaux qui mangent ou parasitent les nuisibles.

    Tout au long du documentaire, on observe les animaux qui, de jour ou de nuit, viennent dans le potager pour manger les légumes, et qui finissent en général "exilés" ou mangés par des prédateurs naturellement présents ou introduits par la famille.

    Dans le DVD, il y a 2 possibilités de visionnage : avec le commentaire et la musique, ou "muet", seulement avec la musique.

    Guerre et paix dans le potagerSur le site du réalisateur, on trouve un dossier de presse avec un résumé et des commentaires. Je l'ai juste parcouru sans lire en détail, il est long, mais peut être utile à l'enseignant pour mieux connaitre les animaux présentés dans le documentaire.

    En préparant les séances de visionnage pour mes élèves, j'ai noté tous les animaux apparaissant à l'écran avec leurs liens dans la chaine alimentaire, en partant du prédateur pour aller vers le consommateur et le producteur. Je n'ai cependant noté que les liens précisés dans le commentaire du film.

    J'ai ensuite demandé à mes élèves de CE1 de dessiner une chaine de deux animaux et un végétal vus dans le documentaire, et les résultats ont été assez inégaux. Je pense qu'il faut demander aux élèves quels sont les animaux qu'ils ont vus, les dessiner sommairement au tableau avec leur nom, et à partir de cela, leur faire dessiner une petite chaine alimentaire.

    Dans la 1ère partie, apparaissent les animaux suivants :

    • Mulot du pommier (nocturne) < graines de courge, de haricot, gruyère, compost, fraise
    • Gendarme (punaise) < fleurs d'angélique
    • Charançons < fleurs d'angélique
    • Escargot < feuilles de salade
    • Plantes < terre
    • Limaces < salade
    • Vers de terre (lombrics) < terre
    • Piéride du chou (papillon) < nectar de fleur
    • Piéride du chou (chenille) < feuille de chou
    • Doryphore < feuilles de pomme de terre
    • Mouches, mille pattes, larves, chenilles, lombrics de compost < compost
    • Araignée, sauterelle, escargot, crapaud, mulot, fausses chenilles (tenthrède)
    • Limaces < patates, feuilles de carottes
    • Perce oreilles (forficule) < feuilles de dahlia
    • Coccinelle < Puceron cendré du chou < sève de chou
    • Chenille machaon < feuilles de fenouil
    • Larve de coccinelle < Puceron rosé du pommier < sève de pommier
    • Fourmi < miellat de puceron < sève de pommier

    Dans la 2ème partie,  apparaissent les animaux suivants :

    • Larve de guêpe parasitoïde < puceron < sève de feuille de blé
    • Abeille/Bourdon < nectar de fleurs / Larves d'abeilles < pollen+salive
    • Demoiselle aux yeux d'or (Chrysope verte) < pollen, nectar, pucerons cendrés
    • Araignée Argiope < mouches, papillons
    • Larves de guêpe parasitoïde encarsia/Punaise macrolophus < mouches blanches et larves < sève de tomate, aubergine, poivron, courgette
    • Campagnol < carotte
    • Demoiselles aux yeux d'or / Coccinelles / Mouches syrphes < pucerons noirs de la fève < sève d'artichaut
    • Bourdons < nectar d'artichaut
    • Pucerons rosés du pommier < sève du pommier
    • Fourmis < miellat de pucerons < sève du pommier
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Voici un "classique" problème de balance, qui pourrait presque être proposé en cycle 3 en résolution collective...

    Dans les deux premiers dessins, la balance est équilibrée.

    Combien faut-il donc de billes pour équilibrer la toupie seule ?

    balance Sam Loyd

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires