• son et lumière tomi ungerer

    son et lumière tomi ungerer

    En 2011, les deux rives du Rhin mettaient à l’honneur un auteur bien connu des enseignants : Tomi Ungerer.

    Pour ses 80 ans, un magnifique son et lumière avec la thématique de ses albums a été présenté aux mois de juillet et août. Jets d'eaux, feux d’artifice ont enchanté petits et grands.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • iguane

    Voici le visiteur de mes après-midis ensoleillés ; très souvent, on entend que le toit en tôle crisse, et parfois on entend de gros "boum" : ce sont les iguanes (iguana iguana) qui se laissent tomber sur le toit depuis l'arbre devant la maison, et qui ensuite se déplacent pour trouver leur "place au soleil". Ici, j'ai réussi à en photographier un dans toute sa longueur...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • En fait, c'est le prolongement des saynètes décrites dans l'article "la politesse". Chaque matin pendant l'accueil, je propose des saynètes aux élèves leur montrant des situations de danger potentiel, et comment y faire face.

    Les premières fois, je ne donnais aucune indication sur ce qui allait se passer, et je jouais la personne qui mettait l'enfant en danger, puis je leur expliquais la nature du danger, et le comportement adéquat. De même que pour la politesse, ils adoraient jouer le "grand méchant", même s'ils étaient souvent en train de rigoler ...

    à noter : dans notre école et à Kourou, beaucoup d'enfants rentrent chez eux seuls ou avec des copains, dès le CP, d'ù l'importance de leur parler des dangers qu'ils peuvent rencontrer en sortant de l'école.


    Voici les situations que je faisais jouer le plus souvent :

     

    Je t'accompagne ?

    A la sortie de l'école, une femme m'aborde en disant qu'elle me connaît, et que pour ma sécurité elle veut m'accompagner pour rentrer.

    Je dis que j'ai déjà des copains pour m'accompagner, et je pars vite ; en arrivant, je dirai à mes parents ce qui s'est passé.

     

    Les bonbons/Les cadeaux

    A la sortie de l'école, un jeune homme me propose des bonbons  ou des cadeaux car il m'aime bien, il veut devenir mon ami.

    Je dis non ou je ne réponds pas et je pars vite, si possible accompagné d'un ou plusieurs copains ; je dirai à mes parents  ce qui s'est passé ; demain, je le dirai aussi à la maîtresse. 

     

    Le photographe :

     Dans la rue, un homme me dit qu'il me trouve très belle, il veut que je devienne mannequin, il va me faire faire des photos de mode, je deviendrai très riche.

    Je ne réponds pas et je pars vite ; Je dis que je ne suis pas intéressée et je pars vite.

     

    Le chien perdu :

      Dans la rue, une jeune fille me dit qu'elle a perdu son chien, qu'elle est très triste, et m'offre de l'argent pour l'aider à le retrouver.

    Je dis que je ne peux pas l'aider ou je ne réponds pas et je pars vite ; en rentrant je dirai à mes parents ce qui s'est passé.

     

    Le curieux

      Dans la rue, un jeune homme m'aborde, il me demande comment je m'appelle, où je vis, si j'ai des frères et soeurs, si papa ou maman sont à la maison en ce moment...

      Je ne dois pas parler à quelqu'un que je ne connais pas, je n'ai pas à lui raconter ma vie ; je pars tout de suite (vite) chez moi  en vérifiant que la personne ne me suite pas ; en rentrant je le dirai à mes parents. 

     

    L'ami amoureux (proposé une seule fois en raison de la difficulté d'aborder le sujet)

       Dans la rue, un monsieur m'aborde, il me dit qu'il me voit souvent dans la rue, quand je joue, quand je sors de l'école, et qu'il me trouve gentil, qu'il m'aime bien. Il veut devenir mon ami, et comme les amis s'embrassent, il veut m'embrasser, et aussi me faire des câlins, toucher mon corps.

      Personne n'a le droit de toucher mon corps si je ne l'ai pas décidé. Papa et maman peuvent m'embrasser, me faire des câlins,  et quelquefois me toucher pour me soigner, m'aider à me doucher  ou à m'habiller, mais les autres personnes n'ont pas à me toucher ou m'embrasser, surtout si je n'en n'ai pas envie.

     

    Slogan : "Un adulte n'est pas l'ami d'un enfant"

    Bien sûr, je précise que les parents, la famille, les maîtresses, la directrice, ont des relations particulières avec les enfants, mais qui ne font pas de nous leurs amis !  Et j'ajoute qu'à leur âge, leurs amis sont des enfants. 

    A plusieurs reprises, ces saynètes ont donné lieu à des récits des élèves, qui me permettaient de rebondir en réexpliquant les façons de se protéger et de ne pas se mettre en danger.

    Dans mes messages, j'ai également beaucoup insisté sur le fait qu'à plusieurs  ils devaient veiller les uns sur les autres, surtout ici à Kourou où beaucoup d'enfants de tous âges circulent, à presque toute heure du jour.

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires